mercredi 6 avril 2016

Houmous et manakish zaatar


J'ai envie de soleil dans mon assiette. J'ai besoin de m'évader de la morosité ambiante. Dans quelques jours, je pars en vacances et j'espère bien enfin trouver enfin le printemps. En attendant, je me console avec des plats d'ailleurs.
J'aime particulièrement préparer du houmous et des manakish zaatar. Je ne sais pas si les deux s'associent en réalité, mais personnellement, j'aime bien les manger ensemble. C'est un apéritif léger, et vraiment savoureux qui plaît à tous. Accompagnés d'une jolie salade de saison, c'est même parfois mon repas.

La plupart du temps, je choisis la facilité et je prépare mon houmous avec des pois chiches en conserve. Mais là, j'ai eu le plaisir de recevoir un colis de la part de la FNLS (la fédération nationale des légumes secs) à l'occasion de l'année internationale des légumineuses et j'ai donc fait cuire mes pois chiches. Ce n'est en fait rien à faire. Le plus difficile est de penser à les mettre à tremper la veille. L'idéal est d'en préparer suffisamment, car une fois cuits, les pois chiches s'utiliseront très facilement dans une multitude de recettes.

Faire du houmous est très simple. Il n'y a normalement même pas besoin de peser les ingrédients. C'est un plat qui se fait au jugé et selon ses goûts personnels. Certains l'aimeront riche en ail, ou en tahini, d'autres plus doux. Je vous donne la recette qui fait l'unanimité chez moi, une version douce. A vous de goûter et d'ajuster.

Pour déguster le houmous, un simple pain légèrement grillé fera l'affaire. Les manakish zaatar sont selon moi parfaites. Ce sont des pizzas assaisonnées au zaatar, un délicieux mélange de sumac, thym et sésame. C'est un régal!

Houmous:

300 g de pois chiches cuits (environ 150 g secs)
75 g de tahini
1 jus de citron
2 gousses d'ail
huile d'olive
sel

La veille, mettre les pois chiches à tremper dans un grand volume d'eau froide.

Le jour même, bien rincer les pois chiches, puis les mettre à cuire dans un grand volume d'eau froide non salée.
Compter environ 1 heure 15 de cuisson après l'ébullition. Ils doivent être tendres sans se défaire.

Égoutter et bien rincer à l'eau froide.

Dans un mixeur, verser les pois chiches refroidis, l'ail dégermé, le jus de citron, le tahini et le sel.
Mixer jusqu'à obtenir une texture plus ou moins lisse.
Ajouter une généreux filet d'huile d'olive.

Vérifier le goût et ajuster les proportions de sel, tahini et jus de citron.

Réserver au frais pendant 3 jours.

Manakish zaatar:

300 g de farine t 55
160 g d'eau
1 cs d'huile d'olive
1 cc de levure de boulanger déshydratée
1/2 cc de sel
1 cs bombée de zaatar
1 oignon
huile d'olive

J'utilise mon Thermomix, mais tout autre appareil fera l'affaire avec de légères adaptations selon vos habitudes.

Faire tiédir à 37°C l'eau, l'huile et la levure.
Ajouter la farine et le sel et pétrir pendant environ 3 minutes.

Laisser lever dans le bol fermé pendant environ 45 minutes.

Pendant ce temps, hacher finement l'oignon et le mélanger aux épices.
Diluer le tout avec de l'huile d'olive. Il faut avoir quelque chose qui ressemble à une pâte.

Faire chauffer le four à 270°C ou comme moi le four à pizza.

Déposer la pâte sur le plan de travail fariné.
La couper en 6 et étaler chaque morceau.
Répartir le mélange au zaatar dessus.
Les faire cuire au fur et à mesure au four à pizza ou les déposer sur une feuille de cuisson. Faire cuire jusqu'à ce qu'elles commencent à être bien dorées.

Manger de suite, car c'est là qu'elles sont les meilleures.
Je les accompagne d'une bonne dose de houmous.


Pour finir: le tahini, purée de sésame, se trouve maintenant facilement dans les hypers, au rayon bio. C'est pas très bon comme ça, mais ça parfume à merveille les plats. N'hésitez pas à en mettre plus dans votre houmous si vous aimez ça. Au contraire, si vous n'aimez pas, diminuez la quantité.

Le zaatar se trouve en magasin d'épices. J'en ai déjà fait en mélangeant du sumac, du thym, des graines de sésame blanches et du sel. C'était aussi très bon. 

2 commentaires:

  1. Bonjour Carine.
    Je suis une grande fan des légumes secs, en particulier le pois chiche, la lentille et le pois cassé. Pour moi le pois chiche, c'est le falafel et sa sauce tarator à base de tahini justement.
    J'ignorais totalement que 2016 a été déclarée l'année des légumineuses et j'ignorais l'existence de la FNLS. Quelle excellente initiative car les légumes secs souffrent encore de mauvaise réputation, à tort, et sont trop souvent négligés en raison d'une méconnaissance de leur cuisson.
    Merci pour ce billet.

    RépondreSupprimer
  2. Curious about the taste Manakeesh thanks for the article, very helpful

    RépondreSupprimer